Centre de ressources — Mahamoudou Savadogo

Mahamoudou Savadogo, ancien gendarme, est chercheur sur les questions d’extrémisme violent et de radicalisation au Sahel. Il dirige Granada Consulting, société d’appui-conseil et de veille sécuritaire, et est membre du conseil scientifique du think Tank Africa Djom Sénégal.

Recherche

Thématiques

Thématiques
  • Genre (1)

Régions

Régions
  • Mali (1)

Type de document

Type de document
  • Recherche/Etude (1)

Editeurs

Editeurs

Date

Date

Langues

Langues
  • Français (1)
1 ressource trouvée

L’architecture de sécurité intérieure burkinabé face à la gestion d’une crise multidimensionnelle

Pour faire face à la crise multidimensionnelle que traverse le Sahel depuis 2012, c’est principalement la réponse militaire qui a été privilégiée. Il est pourtant tout aussi important de s’intéresser au rôle que jouent les forces de sécurité intérieure dans la lutte contre l’insécurité protéiforme qui affecte l’espace sahélien.

Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Aujourd’hui, on est obligé d’aller au corps-à-corps »

Depuis le début du mois de mars 2022, le Burkina Faso vit une recrudescence d’attaques terroristes. La gestion de cette crise sécuritaire a servi de justificatifs au Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) pour renverser le président Roch Kaboré, le lundi 24 janvier 2022, afin de restaurer les territoires sous contrôle des Groupes armés terroristes (GAT). La prise du pouvoir par les militaires n’a pourtant pas mis fin à l’hydre terroriste. Au contraire, l’on assiste à de nouvelles stratégies. Dans cette interview, Mahamoudou Savadogo, expert en sécurité, par ailleurs directeur général de GRANADA Consulting, un cabinet spécialisé...

Burkina Faso : négocier pour éteindre les foyers insurrectionnels

Les dynamiques de l’insécurité que subit le Burkina Faso varient d’une région a une autre. Pour les comprendre, il faut les analyser par région et apporter, chaque fois, une réponse adaptée en fonction de ce qui a fait naître le problème. Dans certaines régions, comme le Sahel (nord du pays), le pays est confronté à une forme de terrorisme insurrectionnel, combiné au terrorisme djihadiste. Dans l’est et dans le centre-nord, on observe des foyers insurrectionnels armés sur fond de conflits communautaires (pour le Centre-Nord), de mauvaise répartition des richesses naturelles et de criminalité transnationale (pour l’Est). Dans la boucle du Mouhoun, nous nous retrouvons face à...

Burkina Faso : l’État et le terrorisme intérieur

Ces dernières années, le Burkina Faso est devenu le théâtre d’attaques régulières menées par des groupes armés terroristes issus des pays voisins. Mais l’on retrouve également de tels groupes au sein même du pays, en raison de la radicalisation de plus en plus inquiétante des jeunes dans certaines localités. La partie septentrionale du Burkina Faso, frontalière du Mali et du Niger, est la zone la plus touchée par les attaques, en particulier la province du Soum où la crise est plus marquée et où la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader.

Comment s’explique la prolifération des groupes extrémistes au Burkina Faso ?

Le Burkina Faso, qui avait échappé jusque-là à l’instabilité régionale causée parla chute du régime libyen en 2011, a vu sa résilience s’effriter progressivement par les soubresauts politiques connus par le pays à la suite de l’insurrection populaire de l’automne 2014. Depuis cette période, le Burkina Faso présente un environnement sécuritaire précaire, soumis à des périls divers. Depuis 2016, le pays est ainsi menacé par des groupes djihadistes venus du Mali et qui ont trouvé dans la région du Sahel burkinabé un terreau propice pour se développer.

Déposer les fichiers ici ou
Taille max. des fichiers : 512 MB.
    Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.